25.7.17

Une promenade au vert


C'est l'été et vous vous promenez .... dites nous ce que vous voyez, vous

entendez,  vous sentez. En ville, en montagne, au bord de la mer, à la campagne

et même dans un jardin, juste une promenade ....ou un pique nique
Au bord de la mer, à la montagne et au détour de votre chemin comme vous voulez mais attention le texte devra être rédigé sous forme de questions. 




Bonne balade au fil des mots

et à demain



la plume voyageuse

11 commentaires:

  1. Le clocher de Montmille la bas, si près ? Et le champ Gaudissart serait en contre-bas ? Ce serait la que Papa entamait un galop pour rentrer ? Comment le monde si grand a mes yeux de petite fille aurait rétréci ? Fait il si chaud qu'on ait déjà moissonné à mi juillet ? Risque t'il de pleuvoir ? Un tracteur dans la forêt ? Et ce tic tac, un pic vert ? Pourquoi cette nostalgie, pourquoi revenir dans les pas de son enfance ? Pour se sentir vieillir ? Pour rappeler des souvenirs et les écrire ? Pour l'émotion ? Pour ce parfum des blés coupés ? Qui venait marcher avec moi ? Fait on encore la fameuse promenade dominicale? Enfile t'on encore son beau manteau, au risque d'avoir froid ? Enfant tu courais sur le chemin, tu pédalais en vélo, tu t'epuisais en activités, tu ne t'arrêtais pas ? Tes escapades préférées, où ? Tu te souviens des jours de pluie ? Des moments de tristesse, des colères ? Pourquoi ? pourquoi ne garde t'on que certaines images ? Quand as tu fait ce tri ? Qui t'attendait au bout du chemin ? Ta mère elle s'inquiétait de tes fugues ? Et toi tu n'y as jamais pensé ? un coup de feu pas si loin ? Déjà la chasse ? Un pétard ? une moto qui ... Tu as peur ? Dans ce beau temps ? En plein été ? jamais autrefois tu n'aurais eu peur ? Si parfois ? Quand ton frère a découvert une vipère sur la route ? Tu avais eu peur ? Vraiment peur ? Tu avais joué la fille ? Étiez vous deux ? trois ? Claire était elle avec vous ? Et ce bruit d'eau, etait il déjà la ? derrière la butte il y aurait une source ? Te serais tu tromper de chemin ? Est ce vraiment le clocher de Montmille ? Et si tu t'étais perdue, la sur ce chemin ou tes pas te menaient peut être petite fille ? Aurait on a force de coupes dans la forêt changé ton payaage préféré ? Y a t'il une photo de vous en famille, marchant dans cette partie de la forêt ?

    RépondreSupprimer
  2. Maman, est ce que c'est ça la mer ? Ça ne finit pas ? C'est de l'eau partout ? Toi cela ne te fait pas peur ? Et si tout remontait, bougeait d'un coup, cela ...? Et toi tu n'as pas peur ? Tu as appris à nager ici, la sur la plage ? Toute seule ? Et les roches la bas, ça sert à quoi ? La marée c'est pour tout nettoyer ? Les poissons, ils s'accrochent ou pour ne pas être emportés ? Et le bout de terre la bas ... l'île, elle tient comment sur la mer, elle nage ? Elle flotte ? Et les bateaux à voile, le vent pousse comment les voiles ? Tu trouves ça beau Maman ? Tu ne trouves pas ça bizarre de nager dans toute cette eau ? Pourquoi elle est salée ? C'est quoi qui la fait bleu-vert ? Des mers rouges ou roses, ça existe ? Le port ça tient les bateaux enfermés, pourquoi pour pas qu'ils partent tout seuls, sans demander ? Eh Maman tu dors ? Tu réponds à mes questions Maman ?

    RépondreSupprimer
  3. "Devrais - je prendre à droite? Ou bien à gauche? Ne serait - ce pas mieux d´aller tout droit? Où cette route blanche de poussière conduit - t - elle? A - t - on jamais senti une odeur plus envoutante que celle que nous renvoie, à l´aube, la terre fraichement travaillée; des couleurs plus pures que celles d´un ciel encore pale, d´une ligne de montagnes se détachant, à peine plus foncées que le ciel, sur un horizon que le soleil, miséricordieux à cette heure, nous consent encore de contempler; un air plus pétillant que celui d´un matin d´été tôt en pleine campagne, alors que l´espace et le temps, vidés d´autres occupants qui ne soient quelques oiseaux chantant au jour levant, de rares papillons virevoletant d´une fleur des champs à l´autre et une cycliste pédalant sur un vieux vélo sans vitesses, restituent les sens aux émotions primordiales? Qui aura fait construire en plein milieu des champs cette maison désormais en ruines dont les murs encore ocre et le toit rouge défoncé restent les seuls témoins du rêve qu´elle voulait incorporer, le rêve d´un paysan revenu d´Amérique et qui a mis jadis dans cette bâtisse toutes ses économies, fruit de nombre d´années de travail outre - Océan? Où nous conduisent tous nos efforts qui, tels ceux de cet émigré des temps jadis, sont destinés à s´effriter sur un lopin d´une terre ingrate? Serait - ce le sens de la vanité de toute entreprise qui rendent soudain mes jambes lourdes et mon souffle court?""

    Loretta

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bien construit autour d'un monologue intérieur merci

      Supprimer

  4. Première promenade après l'hiver. Par quoi vais-je commencer ? Quelle question, par le Val d'Arano, bien sûr, c'est la promenade que je préfère. Vais-je retrouver tous mes repères ? Tiens, tout de suite King Kong ! Cette énorme rocher, il ressemble bien à une tête de gorille, non ? Et les arbres auxquels j'ai donné des noms ? Seront-ils encore là ? Auront-ils été coupés ? Ah, voilà l'arbre qui danse. Dis-donc, tu n'aurais pas grossi, toi ? Attention, tu vas perdre ta jolie silhouette. Et dis-moi, l'arbre-tobogan est-il encore là ? Il y est, de même que les arbres assis. Que peuvent-ils bien se raconter tous les trois ?
    Et les oiseaux ? Y en a-t-il toujours autant ? Les pinsons, c'est sûr, Il suffit de siffler et ils répondent. Qui est-ce qui joue les acrobates sur les branches du sorbier, là ? Les mésanges ! Adorables ces petits oiseaux. Celles-ci sont jaunes et noires. Qui sait si je vais voir les mésanges bleues cette année ? Elles sont plus rares.
    Juste après l'arbre qui fait les gros yeux c'est bien le coin des lys martagons, il me semble ? C'est trop tôt, ils ne sont pas encore fleuris, et les lys rouges non plus. C'est trop tôt aussi pour les gentianes, les jaunes et les bleues. Par contre, ce parfum doux et pénétrant à la fois, c'est bien l'aubépine qui est en fleur ? Et les cerisiers sauvages ? De même que les cytises jaunes, et les roses canines, n'est-ce pas un magnifique spectacle ? Et toutes ces abeilles qui s'enivrent de pollen, où sont les ruches ? Combien de kilomètres parcourent-elles chaque jour ? Tiens, le splendide papillon jaune et noir, avec ses deux points rouges, n'est-ce pas un macaon ? Ou une vanessa ?
    Je crois bien que j'ai tout retrouvé. Et les fraises des bois ? Il y en aura, c'est sûr, mais il va falloir attendre encore, elles murissent tard ici.
    Année après année je redécouvre les parfums, les couleurs, l'incroyable variété de la flore, la richesse d'une nature généreuse. N'est-ce pas le merveilleux miracle de la vie ?
    Janine

    RépondreSupprimer
  5. Luxembourg, c’est une ville ?

    Luxembourg une ville ? Des forêts pareilles dans une ville ? des wilde katzen peut-être aussi ? Au prix du mètre carré immobilier, ils laissent autant d’arbres et d’espaces non défrichés en centre-ville ?

    Est ce que je vais prendre l’ascenseur pour le Grund ? Ou tenter à pied et risquer de me perdre et marcher 4kms comme la dernière fois ?
    Ces fleurs partout : ce sont des fleurs de carottes là ? et ces grappes jaunes intenses ? de la tanaisie ? cette plante des monastères dont on teignait les vêtements et qui était insecticide ? c’est pour ça cette odeur forte ?

    Ah , ce chemin là : est ce qu’il descendrait au Grund ? Au Grund ou à Clausen ?est ce qu’il y a des fleuristes ici ? Ou suffit il de ramasser ?

    zut où est ce que je suis ? C’est une grille qui barre le chemin ? Y a un à pic ? un éboulement ? Faut faire demi-tour ? Alors qu’on a descendu déjà 1km ? Y avait un panneau ou pas ?
    ils viennent jusqu’ici les chats sauvages ? comme le chaton que le concierge a trouvé dans la poubelle, qu’il a recueilli et qui fait 12 kg et pour qui il a fallu un bac de litière spécial : c’en était un ou pas ? Est ce qu’on les entend à la saison des amours les wilde katzen ?

    je les ai prises, mes chaussures de montagne dans la valise ? est ce qu’il va pleuvoir ? ça menace ou pas ? est ce que ça glissera ?

    On y arrive ou pas au Grund ? il tournoie encore ce sentier? Pourquoi ils ne l’éclaircissent pas cette forêt ? Tiens une vue, mais vers le haut : Le Mudam de Pei là haut ? La Philharmonie à côté ? la Cour de Justice Européenne toute de panneaux de fer ?les tours à côté pour les 5000 traducteurs ?

    Mais où il est ce Grund ? et qu’est ce qu’on fait 500 m plus bas sur un chemin qui ne mène nulle part ? Et l’ascenceur ? Ya pas un bistrot en chemin ? une bonne bière ? une Diekirch ? bien locale ?

    Quand même le Luxembourg : Ca existe une ville comme ça ailleurs ?
    martine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les questions donnent une impression de flou mais le paysage est très présent
      Merci

      Supprimer
  6. - C'est quoi, ça, comme plante? Tu la trouves belle? Pourquoi il y a pas de fleurs? Qui c'est qui l'arrose? Et dans les autres pots, pourquoi il y a rien qui pousse? Qui c'est ce monsieur? Tu ne trouves pas qu'il a l'air triste?
    Puis, au moment où on se dit que la prochaine promenade au parc, il faudra soigneusement la préparer, il change de registre:
    - On va manger une glace? Je pourrai avoir deux boules?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un flash les voix sont très vraies et on croit saisir une conversation privée, être indiscret merci

      Supprimer
  7. On arrive quand ? Dans une heure ? C’est long, une heure, non ? Tu crois que je vais être capable de marcher une heure avec mes petites jambes ? T’as remarqué au moins que j’ai des plus petites jambes que toi ? Pourquoi tu marches si vite d’ailleurs, tu cours ou quoi ? Et maintenant, on arrive quand ? Pourquoi tu soupires ? Pff, vraiment je me demande, pourquoi il a fallu qu’on y aille à pied ? On n’aurait pas pu prendre la voiture ? Hein dis, pourquoi on n’a pas pris la voiture ? Mon amour, dis-moi un truc, pourquoi tu dis rien ? Allez, donne-moi un indice, c’est quoi ta surprise ? Oh, regarde là-haut, c’est ça qu’on appelle un goéland ? Une mouette ??? Hein ? T’es sûr ? Une bête mouette ? C’est pas plutôt un goéland ? Tu m’écoutes ? Dis, tu vas ralentir, un peu ? Bon Denis, tu veux que je me taise c’est ça ? Je te préviens si tu ne me réponds pas, je ne te parle plus jamais de toute ma vie, c’est ça que tu veux ? Allô ? Ca sentirait pas un peu le brûlé, là ? Ca doit être mes baskets qui sont usées à force de marcher, comme des vieux pneus tu vois, tu crois que c’est possible ? Des campeurs qui font un barbecue ? Ah bon ? Tu penses tout savoir mieux que moi, comme ça ? En parlant de barbecue, t’as pas faim ? On va manger quoi ? T’as emporté un truc ou on va s’arrêter dans un restaurant ? Parce que bon, y a pas tellement de restaurants par ici, si ? Tu vas quand même pas me traîner jusqu’au bout de l’île ? Sans compter qu’il faudra rentrer après, tu n’y avais pas pensé, à ça, petit malin ? Analysons la situation ensemble, tu veux bien ? Ca fait genre une heure qu’on marche et tu m’annonces qu’on en a encore pour une heure, c’est bien ça ? On est au milieu de nulle part, on longe une falaise surplombant la mer, un paysage certes magnifique, l’île aux Oiseaux au loin, les voiliers, tout ça, mais est-ce que tu as pensé une seconde que je pourrais être fatiguée ? Non ? Ca ne t’a pas effleuré l’esprit, pas vrai ? Et si un goéland-mouette-corbeau ou je ne sais quoi me fait caca sur la tête ? Et s’il se met à pleuvoir ? Comment ça il va faire soleil jusqu’à ce soir ? Ca y est t’as retrouvé ta langue ? Qu’est-ce que t’en sais d’abord ? Comment peux-tu être certain de la météo bretonne ? On t’a jamais dit que quand on voit les îles anglo-normandes, c’est qu’il va pleuvoir, et que quand on les voit pas, c’est qu’il pleut déjà ? On les voit là, non ? Comment ça je dis n’importe quoi ? Dis-donc, t’as fait des études de météorologie ? Et tu sais ça comment, qu’il va faire beau, à la forme des nuages ? Quels nuages ???? Tu te fous de moi ? Si c’est pour me claquer le beignet, tu ferais mieux de te taire, tu crois pas ? J’ai soif à force de parler, t’as pas soif toi ? T’as emporté une gourde ? Mais ralentis, tu m’entends quand je te parle ? Que j’écoute quoi ? Le bruit de la mer ? Oui, bon j’entends, et toi t’entends le vent dans mes cheveux ? Voilà, c’est bon, c’est assez romantique pour monsieur ? Ben pourquoi tu t’arrêtes ? Qu’est-ce que tu fais ? C’est quoi cette boîte rouge ? C’est pour moi ? Mais ? Une bague ? C’est des diamants ou des cristaux de Swarovski ? Roh, fais pas cette tête, j’ai pas le droit de plaisanter ? Si je veux t’épouser ? Pour de vrai ? Devenir madame Zeller, en robe blanche et tout le toutim ? Ben merde alors, c’est pas une blague ? Ce que j’en pense ? A ton avis ?… Dis, tu sais que je t’aime ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un joli texte une cascade de question et ce dénouement bravo et merci

      Supprimer